A3DL-JDR

Association de Jeux de Rôles subventionnée par la Mairie de Beaufort-en-Vallée
 
AccueilNotre Site WebFaceBookS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 GN du 16 mai 2005 - historique du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BaB
Grade 2
avatar


MessageSujet: GN du 16 mai 2005 - historique du monde   Dim 9 Jan 2005 - 17:02

Histoire de l’empire de Typheret :



La fin d’un monde


Parce que l’homme avait osé provoquer la puissance de Dieu,

Parce que l’homme s’était détourné de la parole de Dieu,

Parce que l’homme se prenait pour Dieu,

Alors Dieu décida de détourner à jamais son regard de cette terre et de ce monde sans valeur. Puisqu’ils étaient des Dieux alors ils n’avaient plus besoin de Dieu.

Et Dieu déchaîna sa colère contre ce monde qui était le fruit de sa création et de son amour, et un terrible fléau s’abattit sur la génération des hommes qui étaient en place dans cette obscure partie de notre histoire. Et il fit endurer à tous, à ce peuple sans honneur et ingrat, une épreuve encore plus effroyable que les pires tourments que la nature leur avait fait endurer. Il fit déferler sur le monde la malédiction des Grands Anciens. Cette période sombre est appelée le Châtiment.



III-118

Bek Arl Bakem, créateur des scribes de Peran.

Tiré de La Kasa, livre sacré de Typheret




Le Châtiment




P

endant de longues et interminables années, les éléments se déchaînèrent. Il y eut d’abord le cycle du feu. Les volcans entrèrent tous en éveil et répandirent à la surface de ce monde, le magma purificateur, pendant sept jours et sept nuits, sans aucune interruption il se déversa un flot ininterrompu de lave et de matière en fusion. Quand les volcans se turent enfin, le deuxième cycle, d’une durée égale au premier fléau, apparut. L’eau vint laver la surface de ce monde. Les rivières, les fleuves et les lacs se vidèrent. Les océans se transformèrent pour ne plus former qu’une gigantesque étendue d’eau. Enfin cette terre lavée, supporta le dernier des fléaux, pendant la même durée que les deux précédents, celui de la terre. Dieu voulait que le monde qu’il quittait ne ressemble plus jamais à ce qu’il avait créé originellement. Les masses et les continents s’entrechoquèrent, s’affaissèrent et se relevèrent. Les montagnes devinrent des gouffres insondables et les plaines des montagnes aux sommets vertigineux. Puis vint le grand calme. Un silence oppressant qui dura sept jours et sept nuits. Nuls cris, nul bruit ne se firent entendre.

Dieu tourna à jamais son regard de cette terre qu’il avait tant aimée, pour disparaître à jamais dans l’immensité de l’Univers. La légende dit que Dieu aurait versé une larme qui tombant sur ce nouveau monde serait à l’origine de toute vie…



LA PREMIERE HISTOIRE
Les hordes barbares

I-001 a I-999


M

algré cette époque qui fut terrible pour l’humanité, quelques hommes et quelques femmes survécurent. A la fin du Châtiment, ils se dispersèrent et fondèrent des clans et des villages, mais à aucun moment n’est fait mention d’une croyance quelconque. La religion avait disparu du cœur des survivants. C’est cette époque que l’on nomme la Première Histoire. Ce fut une ère de reconstruction et de grande barbarie, où les plus forts des clans survivaient au détriment des plus faibles. L’ancienne histoire se répétait. Les humains avaient redécouvert le secret de l’écriture, de l’agriculture et de l’élevage, mais pas celui du métal, l’os et le bois étaient partout. Vers la moitié de cette ère, en I-561, certains clans qui ne voulaient pas sombrer dans le chaos, migrèrent vers l’Ouest afin d’échapper aux tribus barbares. Ils fondèrent une nation du nom de Séphiroth et petit à petit, alors qu’au Nord et à l’Est les tribus se massacraient entre elles, un état nouveau se développait. Des lois et des règles furent érigées pour protéger l’état naissant. Sous l’impulsion du premier grand chef, connu sous le nom de Kermont, une société s’organisa. Cependant le royaume Séphirois dut se rendre compte d’une évidence : le salut de leur nouvelle civilisation passerait par un affrontement avec les hordes de l’Est et du Nord. A la fin de la première histoire, le conflit devint inévitable. Les Séphirois n’étant pas préparés à cette lutte, furent rapidement dépassés par les événements. Aucune armée n’avait été formée. Petit à petit, ils furent obligés de reculer, devant les déferlantes des barbares. Malgré des tentatives de paix, les envahisseurs n’étaient animés que par le goût du sang et de la guerre. Cette partie de notre histoire fut longue et meurtrière. On n'échappe pas à sa destinée, telle aurait pu être la maxime de cette époque. La fin de cette ère fut cruelle et éprouvante pour les Séphirois, et petit à petit, le royaume qu’ils avaient construit, partait en fumée, sous l’impulsion des hordes féroces des barbares du Nord et de L’Est. Petit à petit, ils devinrent les esclaves des barbares, et l’élan populaire qui avait été à l’origine de ce royaume fut brisé.



LA DEUXIEME HISTOIRE
L’avènement de l’empire
II-001 à II-999





A

la fin de ce siècle meurtrier, un homme surgi de nulle part prit alors en main la destinée du peuple Séphirois. Originaire du Duché de Rolgen, et n’ayant pas de prédisposition particulière au métier des armes et du commandement, il décida de faire l’unité de son peuple.

Très vite en raison de son charisme et de son grand sens de l’honneur, il fit l’unanimité, et prit tout naturellement le commandement de la résistance à l’envahisseur. Il se fit apprendre tout ce qu’il ignorait et quand il se sentit prêt, il décida que l’heure de relever la tête avait enfin sonné. Exdin Salta, tel était son nom, forma une armée et entreprit la reconquête du territoire.

La première confrontation eut lieu à Zackhram, en II-061. Exdin voulait battre les envahisseurs chez eux afin de les décourager à jamais de se battre contre lui. Ce fut une abominable défaite. Les trois cités barbares de Zal, de Aloum et de Bériac balayèrent la nouvelle armée, et forçèrent Exdin à la retraite. Il recula jusqu’à Rolgen.

Exdin commença à douter de sa valeur. Mais un grand prodige arriva. Sept grands seigneurs demandèrent à être reçus par lui. Ils restèrent à huis clos sept jours et sept nuits. Et à l’aube du huitième jour, Exdin se présenta à ses troupes et fit le fameux grand discours de Liners. Il déclara que Dieu lui était apparu, et que Dieu lui avait envoyé ses messagers. Cet événement eut pour but de transcender l’armée de Séphiroth. Ainsi, elle écrasa les barbares à Liners, en II- 62, puis pourchassant ses ennemis, mit fin à l’occupation étrangère à Celbek.

La victoire assurée, la première décision d’Exdin fut de changer le nom du royaume. Il s’appellerait dorénavant : l’Empire de Typheret.

Il présenta à son peuple les envoyés de Typheret, et les nomma lui-même les Empereurs-Dieux.



A

la fin de la guerre les barbares avaient, soit fuit à l'Ouest, soit prêté serment d’allégeance au nouveau maître de Séphiroth. Exdin se fit alors nommer empereur et profitant du désarroi de l'armée barbare agrandit ses frontières à celles connues aujourd'hui : aux portes du désert au Sud et à la chaîne de montagne à l'Est et au Nord. Il dicta alors une série de lois, en II-069, pour perpétuer à jamais son image, il décida que l'Empire serait dirigé par l'Empereur assisté par un guide religieux. Le premier étant élu par un conseil de douze sages, les 12 pères du royaume, les nobles qui avaient osé défier les barbares à ses côtés (à ce jour il ne restent plus que 7 familles pour gérer les provinces de l’Empire), et ceci afin d'éviter les problèmes liés à la descendance. Le Guide Religieux était, lui, choisi par les Empereurs-Dieux. Il interdit toute autre forme de religion qui ne serait pas liée à Typheret, du nom de la nouvelle religion.

Il créa également à cette époque, l’ordre des « Prêtres de Péran ». Ordre religieux, voué à Typheret mais indépendant des Empereurs-Dieux. Ils retracent et conservent par écrit toute l’histoire et les faits marquants de l’Empire et sont chargés de la justice, puisqu’ils sont gardiens de la vérité.

C’est de cette époque que date la naissance de l’ordre des « Gardiens Sacrés de Typheret ». Fanatiques religieux, ces derniers avaient en charge la protection d’une terre que Exdin donna au centre de l’Empire aux Empereurs Dieux, et qui était interdite à tout être humain (excepté les membres de l’ordre des Gardiens de Typheret et à leur bras armé, les « Chevaliers Sacrés de Typheret »)

On remarque également qu’un peu avant la fin de la guerre une nouvelle science est née du nom d'arcane ou magie qui, si elle a bien aidé l'Empereur sur la fin de la guerre, fut res­treinte par celui-ci, afin qu'elle ne devienne pas plus puissante qu'elle ne l'était. Elle ne devait être enseignée qu'à un nombre limité de personnes. C’était l’époque de la grande chasse aux sorciers et aux cultes impies, car ceux-ci naissaient à foison un peu partout dans l’Empire.

En II-085, meurt le premier empereur de l’empire de Typheret. L’Empire est devenu riche et puissant, mais le secret du fer reste toujours introuvable.



A

la mort de l'Empereur, le gigantesque royaume était solidement implanté sur le continent. La découverte du royaume d’Istranka date de cette époque. Peuple nomade, vivant dans une région où la chaleur et le désert sont pour eux leur unique univers. La cohabitation se passa bien sans esprit de conquête ou d'asservissement. Petit à petit, le culte de Typheret se sépara en plusieurs petits tem­ples. Chaque temple n'établissant sa foi que sur ce qui lui convenait le mieux dans la nouvelle religion imposée par l'Empereur défunt. Les Guides n'en acceptèrent que sept et firent une guerre de destruction sans merci aux autres. Les sectes et les opposants furent anéantis petit à petit, d’une manière méthodique et sans pitié. Cette époque fut propice au développement d'une société pyrami­dale regroupée, à partir de l'Empereur et des guides religieux. L’Empire fut structuré en sept Duchés, car l'étendue de celui-ci nécessitait une administration propre à chaque région. Les nobles, les commerçants, les paysans libres et les esclaves formaient l’Empire. Chaque Duché étant administré par un noble mais, au contraire de l'Empereur, sa succession était faite par sa descendance. La chevalerie est à la base de la société et encadre l'armée. Certains ordres indépendants comme les « Chevaliers Sacrés » dépendent directement des guides spirituels de l'Empire. Ils ont droit de vie ou de mort sur toute la classe non noble de l'Empire. La paix était revenue et elle dura longtemps.



E

n II-625 l'Empereur Azhalhot sous l'influence des Empereurs-Dieux déclara la guerre sans raison apparente aux Istrankais. Il s'engagea alors une période assez difficile pour l'Empire, car avec cette guerre qui commençait dans le Sud, les barbares de L'Est commencèrent à tenter des raids sur les riches terres de l’Est Impérial. L'Empereur prit alors une décision qui se révélera terrible pour l'avenir. La guerre contre les Istrankais faisant faire à l'Empire de nombreux esclaves et prisonniers, très vite les prisons regorgèrent de monde et la place vint à manquer. Alors Azhalhot offrit aux esclaves Nordiques la possibilité de retrouver ­la liberté en échange de la défense des frontières (II-627). De nombreux volontaires, environ 10.000, seront affranchis et élevés au grade de Chevalier. Pen­dant toute la durée de la guerre avec le Sud, ils défendront l'Empire avec un réel dévouement. Au bout de ses trois années, devant la politique de terre brûlée, menée par les Istrankais, l'Empereur fut contraint à la paix. Lors du traité de Groda, nom du village près duquel sera signé celui-ci (en II-630), il fut décidé que la bande de terre commune aux deux nations fut décrétée zone libre et appelée Massada. La guerre de l'Est cessa aussi rapidement qu'elle avait commencé. L'Empereur n'ayant plus besoin de tous ses hommes décida de les remettre en prison. Ils furent tous repris. A l’exception d’une centaine environ, sous le commandement d'un chevalier du nom de Karhana, qui parvinrent à franchir la frontière et par la même occasion, à échapper aux griffes de l'Empereur. Une tulipe noire fut choisie comme bannière pour ces hors-la-loi qui furent appelés les « Chevaliers Brigands ». A la mort de Azhalhot, une tulipe fut découverte sur le lit mortuaire de celui-ci, ainsi que cette épitaphe: "nous ne t'ou­blierons jamais"...

Massada devint depuis une plaque tournante pour le commerce. C'est depuis ce temps que, suite à la guerre, les prisonniers furent employés dans des combats appelés "combat de la paix". Afin de prévenir tout guerre, il fut décidé que chaque conflit, serait mainte­nant réglé dans l'arène, le vainqueur imposant sa loi au perdant. C’est l’époque des gladiateurs.

Mais l’Empire, porté par sa grande foi, se doit de combattre les infidèles qui adorent d’autres Dieux. Nous sommes en II-998, sous l’air de Mehel le Conquérant. Et les anciennes rivalités reprennent le dessus. Suite à une intrusion de non initiés dans le territoire interdit de Typheret, l’armée de l’Empire se rassemble aux frontières de l’Istranka. Mais l’Istranka décide de s’allier avec les barbares, et une formidable coalition se met en marche. L’armée de l’Empire, pourtant puissante, va devoir lutter contre le nombre. Pas moins de un contre quatre. La famine ravage le monde de l’époque, et chacun sait qu’il n’y aura aucun gagnant dans cet affrontement. De plus, en cette fin de la deuxième histoire, un nouveau royaume fut découvert, les îles d’Andoran, à l'Est, au-delà de la Mer de Cristal. Qui sont-ils, quelle place vont-ils prendre dans ce conflit ?



Alors les parties en présence décident de se réunir pour essayer de trouver une solution sous l’impulsion des Empereurs-Dieux. Les nations se retrouveront donc à Massada la terre neutre.

Le début du nouveau millénaire approche mais ceci est une nouvelle histoire qui ne pourra être écrite que par vous, si vous survivez….
Revenir en haut Aller en bas
 
GN du 16 mai 2005 - historique du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GN du 16 mai 2005 - historique du monde
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A3DL-JDR :: L'Antre du Dragon des Légendes, l'association : :: Forum des Visiteurs-
Sauter vers: